Vos écrits.
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Vos écrits.

Un forum pour ceux qui aiment la littérature.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -57%
Chromebook Lenovo IdeaPad Slim 3 14” FHD 4 Go / ...
Voir le deal
99.99 €

 

 Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Charoxis
Premières histoires
Charoxis


Nombre de messages : 24
Age : 33
Localisation : DANS un livre. Mais qui est l'auteur ? VOUS ? AAAAAh ....
Date d'inscription : 05/11/2006

Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ... Empty
MessageSujet: Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ...   Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ... EmptyMer 8 Nov - 7:48

Voilà, on m'a lancé un défi et je le relève.
je dois pondre une histoire magnifique parlant de chevaux et dragons.
voici le début :





Origines difficiles

Bientôt un cri se fit entendre dans la masure. Un enfant venait de naître. C’était une fille, qui ne connaîtrait jamais son père, car il venait de partir à la guerre. Sa mère était esclave d’un grand Seigneur, et travaillait la terre pour lui. La jeune fille connut une enfance rude. À quatre ans, elle balayait déjà la masure, pendant que sa mère était dans les champs. Le soir, elle puisait l’eau du puits, et l’apportait à sa mère, pour qu’elle prépare leur maigre bouillie quotidienne. Elle vécut ainsi pendant deux ans, œuvrant chaque jour à la maison et quelques fois dans les champs.

Au début de son sixième printemps, elle vit arriver sur la colline des hordes de barbares, le Seigneur avait perdu la guerre et ils étaient désormais envahis. Cependant, le Suzerain et sa cour avaient déjà fui loin d’ici, laissant leurs serfs à leurs propres sorts. La mère cacha son unique fille dans la marmite de leur masure et la couvrit d’une couverture, non sans lui avoir recommandé de rester là et de ne faire aucun bruit. Ensuite elle se barricada du mieux qu’elle put, et se mit à sangloter dans un coin. Dehors, on entendait les hurlements barbares des envahisseurs. Un craquement, une porte défoncée, les cris de la mère. La petite fille était transie de peur. Les larmes lui montaient aux yeux, elle se boucha les oreilles avec ses doigts, et fut plongée dans un long silence, au cours duquel elle s’endormit.

A son réveil, silence. Plus aucun bruit, si ce n’est le lent souffle de la mort. La jeune fille sortit de sa cachette et trouva sa mère allongée sur le sol, vêtements déchirés ; elle semblait dormir. Elle la porta sur leur lit de paille, alla chercher de l’eau, lui appliqua un tissu humide sur le front, puis s’en alla préparer leur maigre repas. Les jours passèrent, et un nouveau suzerain accompagné de sa cour prit possession des terres.

Neuf mois plus tard. De nouveaux cris se firent entendre. Un enfant venait de naître. Un garçon, il ne connaîtrait jamais son père, car celui-ci n’avait fait que passer sur sa mère. Il ne connaîtrait jamais sa mère, car elle mourut à l’instant où il naquit.
Dès lors, la jeune fille s’occupa de son demi-frère de son mieux.

Un jour, alors qu’elle nettoyait sa misérable masure, elle voulut écraser une petite araignée, quand soudain elle entendit une voix. Personne. Elle s’apprêta de nouveau à tuer la pauvre bête lorsque la voix se fit réentendre et la supplia de la laisser en vie. Toujours personne, hormis elle et l’araignée. La jeune fille découvrit alors qu’elle avait le don de communiquer avec les animaux.

Quelque temps plus tard, son suzerain la surprit à parler avec un poisson. Il la soupçonna alors de sorcellerie et voulut la mettre au bûcher, mais elle lui échappa et s’enfuit en ville avec son demi-frère. Là, ils se réfugièrent sous un pont et la jeune fille mendia pour survivre. Un marchand d’esclaves passa, les emmena et les vendit à un couple de paysans. Ceux-ci ne savaient pas avoir d’héritiers et furent attendris pour les deux enfants, qu’ils achetèrent et élevèrent comme leurs propres enfants. Plusieurs fois, ils virent leur fille discuter avec des animaux, et refuser de manger de la viande, mets de luxe, quand ils avaient moyen d’en acheter. Pensant que ce n’était qu’une lubie due à son age, ils la laissèrent faire. Cependant, à l’adolescence, la jeune fille comprit qu’elle ne pouvait parler aux animaux en présence d’autres personnes, car elle savait qu’on la prendrait pour folle ou pour sorcière. Ainsi vécut-elle avec son secret que seul son demi-frère connaissait … et croyait.


Dernière édition par le Ven 10 Nov - 10:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://MickusMagni.skyblog.com
Charoxis
Premières histoires
Charoxis


Nombre de messages : 24
Age : 33
Localisation : DANS un livre. Mais qui est l'auteur ? VOUS ? AAAAAh ....
Date d'inscription : 05/11/2006

Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ... Empty
MessageSujet: Re: Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ...   Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ... EmptyVen 10 Nov - 10:53

La jeune fille vit son seizième printemps.


- Arrête donc de torturer ce pauvre épouvantail, cria Flora.
Flora en était désormais à sa seizième année de vie, elle était grande, et effilée. Ses cheveux bruns étaient toujours tressés en une queue, et ses yeux de couleur bleu nuit, changeaient de ton à lumière, et viraient au bleu azur.
- J’ai du sang de guerrier qui coule dans mes veines, je dois m’entraîner ! lui répondit Yohann, son demi-frère.
Celui-ci incarnait presque tout le contraire de Flora. Ses cheveux, toujours ébouriffés, étaient si noirs que même les rayons de soleil hésitaient à les frôler. Ses yeux étaient de la même couleur, et luisaient tel le jais. Du haut de ses dix ans, plutôt petit mais robuste, il inspirait à devenir un grand guerrier de quitter la ferme pour partir à l’aventure ou servir un grand Seigneur.
- Apprends déjà à tenir une faucille dans les champs, avant de vouloir manier une lance. Le taquina Flora.
Elle était occupée à brosser Wilzie, la jument de son maître. Cette dernière était magnifique, entièrement blanche, avec une petite tache noire en forme de lys sur sa cuisse droite. Sa crinière ressemblait à de longs fils d’or, soigneusement peignés Flora éprouvait tant d’amour pour les animaux, qu’elle refusait de magner viande et poisson, et ne vous avisez surtout pas de tuer une mouche en sa présence, au risque d’encourir ses représailles.
- Floraaa, hennit Wilzie, aurais-tu l’amabilité de me faire les sabots ?
Ah oui …j’oubliais de vous dire que Flora possédait un don ; elle était capable de converser avec les animaux, les seuls d’ailleurs à qui elle n’éprouvait aucune gêne à parler, car envers les humais, elle était très timide.
- Les sabots ? s’étonna Flora, pourquoi faire ?
- Une dame de mon rang se doit d’être belle à tous moments. Regarde-moi cela, mes sabots sont affreux, ils sont rugueux. Une jument telle que moi devrait les avoir bien polis.
Wilzie possédait effectivement un caractère bien trempé. Elle n’était pas de la race des purs sangs, mais elle se croyait issue d’une longue lignée de noble, et se comportait comme tel. De plus, celle-ci affirmait que la tache de sa cuisse, ressemblant à une fleur de lys, attestait de son rang royal. Oser lui dire le contraire, serait la mettre dans une grande colère et affronter son terrible courroux.
- Ok Wilzie, je te les polirai.
- Oh bien. Et quand sont censés arriver mes nouveaux fers ?
- Aujourd’hui, en fin d’après-midi normalement.
Wilzie émit un cri de satisfaction. Enfin, on lui changeait ses anciens fers, tout rouillés.
- Yohann, appela Flora.
- Quoi encore ! ? protesta celui-ci, qui n’aimait pas être dérangé durant ses entraînements.
- Va rassembler les moutons. Tu auras tout le loisir de frapper cet épouvantail après. Ils paissent sur la haute colline, derrière la ferme.
- OK, j’y vais, souffla Yohann.

La ferme était une vieille bâtisse isolée. Elle se situait loin de la ville, au creux d’une vallée, brodée au Nord par une profonde forêt. Celle-ci, elle-même surplombée par la Montagne Bleue. Elle se nommait ainsi à cause de son abondance de schiste, et des saphirs qu’elle renfermait en son cœur. Le maître de Flora possédait un immense verger, dont les arbres donnaient fraîcheur et ombrage en été. Il y avait là pommier, poiriers, cerisier, pruniers et bien d’autres essences encore. Leurs animaux vivaient en totale liberté le jour, et le soir, ils les rentraient dans l’étable pour la nuit. Là, tous les animaux se côtoyaient ; ainsi, poules, vaches, cochons, canards, … cohabitaient. Tous sauf un, Wilzie, la jument, pour laquelle ils durent bâtir un box rien que pour satisfaire ses caprices d’aristocrate.
En cette journée de milieu de printemps, la chaleur était accablante. Le soleil dardait le monde de ses rayons et nul vent ne soufflait.
- Floraaaaa, quémanda Wilzie, veuillez m’apporter un seau d’eau, que je puisse me désaltérer.
- Pourquoi ne vas-tu donc pas à la rivière comme tous les autres animaux ?
- Voyons ma chère, je ne puis me confondre à la plèbe, moi, une haute dame de sang royal.
- OK, j’y vais, soupira Flora, mais il faudra qu’un jour tu apprennes la modestie.

Une petite rivière jaillissait hors de la colline et s’écoulait doucement non loin de la ferme. Flora emporta un seau et s’y rendit. Une fois arrivée, elle salua les poissons, se déchaussa, et entra dans la rivière jusqu’à hauteur des genoux. Elle s’abaissa et remplit son seau. Au même instant, une ombre voila le soleil, mais le temps que Flora se retourna l’astre divin avait déjà chassé son intrus. Pourtant, aucun nuage ne glissait dans les cieux. Elle avait dû fermer les yeux, pensa-t-elle. Une fois son récipient rempli, elle retourna à la ferme, mais une fois arrivée à hauteur de Wilzie, une secousse retentit et fit trembler le sol. Flora chancela et tomba de ton son long sur le sol, renversant du même coup son seau.
- Yaaaaaaaaa !
- Ce cri … s’exclama Flora, c’est le hurlement guerrier de Yohann !
Un rugissement grave et sourd se fit entendre. Yohann était en danger. Flora se précipita à sa rencontre, mais lorsqu’elle arriva au pied de la haute colline, derrière la ferme, elle resta pétrifiée devant le spectacle qui s’offrait à elle. Un immense dragon imposait sa musculature aux yeux de Flora. Ses écailles argentées jouaient avec le soleil et éblouissaient Flora. Les ailes largement déployées, il faisait face à son demi-frère Yohann. Dans les yeux du monstre, où se mêlaient tous les tons de bleus, brûlait une flamme bleuâtre de colère. Des entrelacs de cornes d’or ajoutaient à la magnificence de la bête.
- Ne touche pas à ce mouton ! Aboya Yohann.
Sur quoi, il s’élança, pieux en avant, sur le dragon. Ce fut à peine si celui-ci sentit une caresse. Le pieu se brisa, et furieux d’être importuné de la sorte, il chassa Yohann d’un grand coup de patte. Le demi-frère, que la témérité rendait fou, commença à lancer des pierres sur la créature. Des volutes de fumée sortaient de ses narines, son exaspération était à son comble. D'un bond, il s’envola, capturant un mouton et emportant le demi-frère de Flora. Cette dernière, resta là, sans rien faire, pétrifiée par ce qu’elle vint de voir. « Un dragon, j’ai vu un dragon …. ». La créature majestueuse, volait maintenant direction les Montagnes Bleues. Bientôt, elle ne fut plus qu’un point noir dans le ciel, et enfin elle disparut, avalée par l’ombre de la montagne.
Quand l’esprit de Flora se fut calmé, elle redevint réfléchie et une pensée affreuse lui parcourut la tête. « Il a enlevé Yohann ! ! ! ». Paniquée, elle ne savait que faire. Elle revint alors près de Wilzie, la jument de son maître, et lui narra ce qu’elle avait vu.
- Ah ! Pas trop tôt, s’exclama Wilzie, enfin ce petit morveux est hors de mes pattes.
- Mais enfin, c’est mon demi-frère !
- Je n’ai que faire de vos histoires mademoiselle Flora, il était trop turbulent et trop bruyant surtout. Combien de fois mes pauvres oreilles ont-elles dû souffrir de ses cris contre cet épouvantail de pacotille. Je ne comprends pas comment mon vénérable maître ait pu l’adopter et puis de surcroît ….
Flora n’avait jusque-là pas prêté attention aux paroles de la jument, jusqu’au moment où elle prononça ce mot :
- vénérable maître … Oh par Azalie ! Mon maître, que vais-je lui raconter à propos de Yohann ?
- Voyons, Mademoiselle, comment osé vous me couper la parole ! s’offusqua Wilzie.

La journée continua son cours. Cependant, Flora était en proie a de multiples pensées :
« Que va devenir Yohann ?», « que vais-je dire au maître ? », « Pourquoi n’ai-je pas réagit ? », …

Le soir vint rapidement, le soleil fut absorbé par les ténèbres et avant de mourir, comme chaque soir, son sang se répandit dans le ciel, lui donnant un aspect velouteux, rouge écarlate. Flora rentra les bêtes, puis alla s’asseoir à table pour le souper. Une bonne odeur de potée avait envahie la pièce, ce qui fit presque oublier à Flora l’enlèvement de Yohann.
- Où est ton frère, demanda Dame Loaso.
- Euh … Il est parti cueillir des fruits dans les bois.
- Des fruits ? a cette époque de l’année ? s’exclama Sieur Loaso.
Flora était confuse, elle n’avait pas préparé de mensonge crédible, et refusait de leur dire la vérité qui était de toute manière trop invraisemblable.
- J’ai dit des fruits ? euh … je voulais dire qu’il était parti chasser le gibier, euh …pour parfaire ses compétences de guerrier.
Les deux “parents” crurent ce que dit leur fille et le dîner se poursuivit sans autres questions, sauf une. Le maître lui déclara que lui et sa femme partiraient à la grande foire de Graniera, et qu’il en reviendrait que dans cinq jours, il lui demandèrent donc si elle pouvait veiller sur la ferme, et sur Yohann. Ce qu’elle accepta de suite.

- Je suis fatiguée, je vais monter me coucher, déclara Flora.
- OK, bonne nuit chérie.
Une fois dans son lit, les pensées continuèrent à affluer dans le cerveau de Flora. Elle ne sait combien de temps cela dura, mais des bruits de pas montant l’escalier la firent sursauter. « Le maître vient ». Aussitôt elle fourra le lit de son frère de tout ce qu’elle trouvait dans la chambre, tentant de faire ressembler cette “bosse” dans le lit à Yohann.
La porte s’ouvrit, et une pâle lumière vint se poser sur le visage de Flora.
- Chuttttt, dit cette dernière, Yohann dort.
- Ah bon, murmura Monsieur Laoso, pourquoi n’est-il pas venu manger un bout ?
- Après sa chasse il était trop fatigué pour tenir encore debout, il a préféré venir dormir de suite.
- Bien, fait de bon rêve alors.
- Oui, maître.
- Oh, et appelle-moi père
Flora rougit.
- J’essayerai…
La porte se referma et Fora se retrouva de nouveau seule avec ses pensées. C’était décidé, demain, elle partirait à la recherche de son demi-frère.
Revenir en haut Aller en bas
http://MickusMagni.skyblog.com
Charoxis
Premières histoires
Charoxis


Nombre de messages : 24
Age : 33
Localisation : DANS un livre. Mais qui est l'auteur ? VOUS ? AAAAAh ....
Date d'inscription : 05/11/2006

Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ... Empty
MessageSujet: Re: Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ...   Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ... EmptyVen 15 Déc - 8:15


Lendemain de l’enlèvement de Yohann.




Elle ne ferma pas l’œil de la nuit. Sans cesse elle remua ses pensées, cherchant un moyen de retrouver son frère, mais la distance était tellement grande entre la ferme et la grande Montagne-Bleue, que le chemin lui prendrait plus que cinq jours. De plus, fallait-il encore que le dragon vive dans la montagne, et ne soit pas allé plus loin. Tant de problèmes avaient empêché Flora de sombrer dans les bras de Morphée.
Péniblement elle descendit à la cuisine. Comme maigre déjeuner, elle prit une tranche de pain rassis et alla la manger à l’extérieur. L’air était encore frais, et la rosée commençait à parer Mère Nature de ses perles d’argent. Le soleil, encore timide, déployait toute sa force pour soulever le voile de la nuit et faire resplendir sa lumière. Flora se dirigea vers le box privé de Wilzie. Sur son court chemin, elle salua Mesdames les poules et leurs progénitures, ainsi que Mesdames les vaches et Monsieur Taureau qui étaient déjà dans la prairie, à brouter tranquillement leur herbe. Cette journée se promettait d’être belle, et cela aurait ravi Flora si elle n’avait pas eu un problème à résoudre de toute urgence.
- Wilziiie, appela Flora de l’extérieur, tu es réveillée ?
En effet, il n’était pas question d’entrer dans le box sans en avoir eu l’autorisation de sa propriétaire. Les gens du peuple n’avaient rien à faire à l’intérieur et encore moins le droit de rôder autour.
- Certes dame Flora, je suis prête pour ma toilette.
Elle prit la brosse, et commença à peigner la jument. Les minutes s’écoulèrent dans un silence presque total. Seuls le caquètement des poules, et le bêlement des moutons le troublaient.
- Vous n’êtes pas très bavarde aujourd’hui.
Flora sortit de ses pensées, et fit part de celles-ci à Wilzie.
- Pourquoi vous tracassez-vous tant pour un garçon si exubérant !
- Car c’est mon frère !!
Une larme coula le long de sa joue.
- Votre demi-frère je vous rappelle. Ce n’est qu’un indésirable de toute manière.
Flora n’écoutait plus les paroles hautaines de la jument, elle continua à la brosser, à enlever la poussière couvrant son long manteau blanc. Durant un moment, son regard se perdit dans la pièce, et se mit à fixer la vieille selle accroche au mur. Personne ne l’avait utilisé depuis fort longtemps. Flora se demanda même si Wilzie ne l’avait jamais portée. Petit à petit, la vision de cette selle se transforma en réflexion, avant que ne vienne l’idée.
- Ça y est ! s’exclame Flora, renversant du même coup le seau d’eau placé à ses côtés.
- Faites donc attention à vos gestes, s’offusqua Wilzie qui venait de voir ses sabots mouillés.
- Wilzie ! Pourrais-je te monter ? C’est le seul moyen que je puisse retrouver Yohann le plus rapidement possible. Je n’ai que cinq jours devant moi, et la distance nous séparant est grande. Je t’en prie Wilizie accompagne moi.
Mais la réponse ne se fit pas attendre. Wilzie refusa net, arguant qu’une aristocrate ne s’abaissait pas à transporter une jeune humaine ci et là. Flora eut beau arguer que les purs-sangs étaient montés par des humains, la jument maintint sa position.
- Leurs cavaliers sont nobles, eux !
Le désespoir de Flora grandissait à mesure que les portes se refermaient. Mais enfin, après une longue lutte, elle trouva l’argument qui ferait pencher la balance en sa faveur.
- Wilzie, écoutez-moi ! Si nous réussissons à ramener mon frère…
- Votre demi-frère, rectifia la jument.
- Soit… si nous réussissons à le ramener ici, vous serez une héroïne, tout le monde vous mettra sur un piédestal encore plus haut que maintenant. Vous resterez dans la mémoire de tous ! Vous aurez la gloire et l’honneur pour vous.
La jument parut réfléchir quelques instants, mais pour finir elle répondit :
- Bien, annonçons la nouvelle au peuple puis partons.
Revenir en haut Aller en bas
http://MickusMagni.skyblog.com
Contenu sponsorisé





Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ... Empty
MessageSujet: Re: Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ...   Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Défi de Flora ==> chevaux, dragons, ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Commentaire [Flora]
» Commentaire [Flora]
» Commentaire [Flora]
» Les Chevaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vos écrits. :: Vos écrits. :: Inachevés-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser